Immobilier neuf: le gouvernement est prêt à un compromis sur le PTZ !

Ce mercredi, la ministre de la Cohésion des Territoires a indiqué que le gouvernement est ouvert à de "nouvelles pistes" sur l'avenir du PTZ neuf dans les zones détendues.

Vers un rabotage moins lourd que prévu pour le prêt à taux zéro (PTZ) en 2020 ? Le gouvernement reste ouvert à de "nouvelles pistes" sur l'avenir de ce dispositif, a fait savoir mercredi Jacqueline Gourault, la ministre de la Cohésion des Territoires, alors que son périmètre géographique doit être réduit. "Avant une nouvelle décision sur le PTZ dans le neuf, le gouvernement a (...) souhaité prendre le temps de la réflexion et disposer d'analyses précises", a déclaré Jacqueline Gourault devant le Sénat.

Le PTZ est l'une des principales aides à l'achat d'un logement. Le gouvernement prévoit de le supprimer à partir de l'an prochain pour les logements neufs dans les zones dites "détendues", c'est-à-dire celles où l'offre d'habitat est jugée suffisante par rapport à la demande. Mais cette suppression suscite la colère du secteur du bâtiment, ces zones correspondant largement à celles où la construction de maisons individuelles est la plus fréquente.

Le PTZ est, par ailleurs, maintenu dans les seules zones détendues pour les logements anciens, mais cela ne concerne logiquement pas les constructeurs.

De nouvelles pistes exploitables

Même si le gouvernement a entériné ce recentrage dans son projet de budget 2020, le ministre du Logement, Julien Denormandie, a promis un rapport sur le sujet lors des prochaines semaines, ouvrant la voie à d'éventuels compromis. Ce rapport "permettra d'éclairer le débat parlementaire" autour du budget, a assuré Jacqueline Gourault, sous la tutelle de laquelle est placé le ministère du Logement.

"De nouvelles pistes pourront être explorées et mises en oeuvre : je pense notamment à la prolongation du PTZ pour de gros travaux assimilés à du neuf", a-t-elle précisé.

 

Rejoignez le Réseau MeilleursBiens
100% Commissions - 100% Digital
plus d'informations ? Cliquez ici

Source: Capital

Partager