La construction de logements neufs au point mort en France

Baisse des ventes, raréfaction de l’offre, élections municipales, recul des mises en chantier et des permis de construire… le secteur du neuf souffre dans un contexte où les prix, eux, restent élevés.

À l’occasion de la présentation de l’Observatoire de l’immobilier neuf et des résultats du 1er trimestre 2019, la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) s’inquiète de l’essoufflement du marché et surtout de la lourde chute des mises en vente de logements neufs, témoins de l’offre disponible (-36,9 % sur un an, soit 13.000 logements en moins). Avec 21.685 mises en vente, c’est le plus faible trimestre enregistré depuis 2014. «Cette contraction de l’offre en ce début 2019 est préoccupante, déclare Alexandra François-Cuxac, présidente de la FPI. Si la pierre reste attractive pour les ménages, encore faut-il réussir à produire des logements. À cela s’ajoute une baisse des ventes de 2,5% au premier trimestre (35.598 logements).

Depuis plusieurs mois, les signaux alarmants se succèdent. Après des années de dynamisme, le retournement de tendance s’opère progressivement sur le secteur du neuf. Le choc d’offre n’a toujours pas eu lieu. Côté construction, en un an, d’avril 2018 à mars 2019, 410.000 logements ont été mis en chantier, ce qui représente une baisse de -8 % par rapport à la période précédente. En matière de permis de construire, 445.000 logements ont été autorisés. Un chiffre en recul de 5 % sur un an.

L’impact des municipales de 2020

L’avenir ne s’annonce pas radieux car la perspective des élections municipales en 2020 laisse entrevoir des retards dans de nombreuses opérations résidentielles. Depuis un an, les maires accordent moins de permis de construire du fait des élections municipales» souligne Marc Villand, le vice-président de la FPI. «C’est un vrai frein» assure Guy Nafilyan au Club Figaro Immo. «Je constate depuis plusieurs mois la réticence de nombreux maires qui ne veulent pas ou plus voir la sortie d’opérations de logements. Ils ne veulent pas de chantier ni de grues chez eux pendant les élections. C’est un phénomène extrêmement significatif, plus important que les autres années. Cela impacte clairement notre activité en 2019», indique le président de Nafilyan et Partners.

 

Source: Le figaro

Partager