La prime d’activité n’améliorera pas le pouvoir d’achat immobilier

Les banques ne prendront pas en compte comme un revenu la hausse, sous forme de prime d’activité, de 100 euros du salaire mensuel d’un travailleur au smic. Un coup dur pour ceux qui envisageaient de souscrire un prêt immobilier.

Pour les travailleurs au smic, c’est la douche froide. La prime d’activité, nouvelle formule, ne devrait finalement pas améliorer leur pouvoir d’achat immobilier. Ce coup de pouce de 100 euros par mois qui va bénéficier à 3,5 millions de foyers, n’augmentera pas la capacité d’endettement des particuliers qui envisagent de souscrire un prêt immobilier.

Les principales banques interrogées par le courtier en crédit immobilier Vousfinancer ne la prendront pas en compte comme un revenu. Leurs arguments? «Nous ne savons pas si la prime d’activité sera maintenue dans le temps», «Si des particuliers l’ont reçue à tort, elles est susceptible d’être reprise» ou encore «Nous manquons de visibilité sur sa pérennité». «À partir du moment où le revenu peut être considéré comme durable, il rentre dans le calcul de la capacité d’emprunt dans le cadre d’un crédit immobilier», explique un observateur du secteur bancaire.

Or, pour en bénéficier, les salariés doivent répondre à plusieurs critères: résider en France, avoir travaillé durant les trois derniers mois ou encore gagner plus de 0,5 fois le smic, soit plus de 602 euros nets mensuels dans la limite d’un plafond qui dépend de la composition et des revenus de la famille. Des conditions qui sont susceptibles d’évoluer dans le temps et donc ne pas faire de la prime d’activité un revenu pérenne.

Il s’agit d’un coup dur pour les salariés au smic qui comptaient sur cette hausse de revenus pour améliorer leur capacité d’emprunt. Ainsi, un couple gagnant chacun le smic et bénéficiant d’une hausse de revenus de 100 euros par mois aurait pu emprunter 15.000 euros de plus sur 25 ans (188.300 euros contre 173.600 euros), selon Vousfinancer. Ce qui équivaut à un gain de pouvoir d’achat immobilier de 7 m² en moyenne.

Des primes moins élevées voire nulles pour les propriétaires

Autre déception soulevée par le courtier en crédit immobilier: le versement de la prime d’activité ne profite pas de la même façon selon que vous soyez un propriétaire ou un locataire, selon les résultats obtenus par Vousfinancer grâce au simulateur de la Caisse d’allocations familiales. Le courtier a pris l’hypothèse que le (ou les) emprunteurs ne perçoivent aucune autre aide.

Ainsi, dans le cas d’un couple sans enfant, gagnant 1300 euros par mois chacun (2600 euros à deux), le propriétaire ne touche pas la prime quand le locataire perçoit 133 euros par mois. Idem s’il a un enfant et que le couple gagne en tout 3000 euros par mois: le propriétaire n’a pas droit à la prime alors que le locataire perçoit 142 euros par mois.

En revanche, si le propriétaire est célibataire, il peut bénéficier de la prime d’activité mais son montant peut être deux fois inférieur à celui de la prime perçue par un locataire dans les deux cas sélectionnés par le courtier. C’est le cas pour un célibataire salarié sans enfant gagnant 1500 euros de revenus. Il a droit à une prime d’activité de 60 euros par mois contre 126 euros par mois pour un locataire. En revanche, elle est 1,5 fois supérieure pour le locataire dans le cas d’un célibataire salarié avec enfants (deux en l’occurrence) et gagnant 1800 euros par mois: 448 euros par mois contre 285 euros par mois.

 

Source: https://immobilier.lefigaro.fr/article/la-prime-d-activite-n-ameliorera-pas-le-pouvoir-d-achat-immobilier_8512d660-294f-11e9-b1d8-bbed1585efaf/

Partager