La vente de maisons neuves en pleine dégringolade en France...

INFOGRAPHIES - Le secteur de la maison individuelle souffre d’une inquiétante désaffection tandis que les prix progressent.

Les statistiques publiées ce 22 août par le ministère de la Cohésion des territoires sont sans appel: la commercialisation des logements neufs est en net recul. Au cours du deuxième trimestre 2019, 33.900 logements neufs ont été vendus en France. Les réservations sont en repli de 3,3 % par rapport à la même période l’an dernier. Si cette baisse s’établit à -2,7 % dans le collectif, elle nettement plus prononcée dans l’individuel: - 10,7 %.

Au total, 2300 maisons neuves ont été vendues au deuxième trimestre 2017 (- 10,7% sur un an). Ce ralentissement des ventes ne date pas d’hier et s’inscrit dans une tendance baissière. Comme le souligne l’étude, «les ventes réalisées au cours des quatre derniers trimestres sont inférieures de - 10,4 % à celles des quatre trimestres précédents.»

Autre signe alarmant, ce trimestre, un peu moins de 2000 maisons ont été mises en vente. Cela représente une chute vertigineuse: -33,2 % par rapport au second trimestre 2018! «La tendance annuelle reste fortement orientée à la baisse, avec une contraction marquée de 22,5 % au cours des douze derniers mois (juillet 2018 à juin 2019) par rapport aux douze mois précédents.»

277 600 €: prix moyen d’une maison neuve

L’encours des maisons individuelles disponibles à la vente en fin de trimestre se réduit à - 14,2 %. Cette baisse pour le quatrième trimestre consécutif représente un peu moins de 8200 unités. C’est le niveau le plus bas enregistré depuis presque 15 ans! Parallèlement, et à l’inverse, le prix des maisons progresse. La hausse s’établit à 5,9 % sur un an. Concrètement, une maison individuelle neuve coûte en France en moyenne 277.600 € (332.300 € en Ile-de-France).

Des chiffres inquiétants dans un secteur fortement impacté par la réduction des aides au logement et la réforme du PTZ qui affecte particulièrement les zones B2 et C (prêt à l’acquisition moins intéressant que dans les secteurs tendus). Résultat: depuis 2018, le rêve de l’accession de la maison individuelle a tendance à s’écrouler dans les zones rurales.

 

Rejoignez le Réseau MeilleursBiens
100% Commissions - 100% Digital
plus d'informations ? Cliquez ici

Source: Le Figaro

Partager