Les ventes de maisons retrouvent quelques couleurs !

Les ventes de maisons neuves, qui souffrent depuis bientôt deux ans, ont rebondi de plus de 11%, entre mai et juillet, sur un an, selon la fédération des constructeurs. Elle est toutefois inquiète pour 2020. Explications.

Les ventes de maisons, qui souffrent depuis bientôt deux ans, se sont nettement redressées ces derniers mois, a annoncé mercredi la principale fédération de constructeurs. «Après une année 2018 marquée par une profonde remise en cause des aides au logement neuf, le marché de la maison neuve en secteur diffus s’est ressaisi», déclarent les Constructeurs et Aménageurs (LCA), organisation regroupant un gros millier d’entreprises et liée à la Fédération française du bâtiment (FFB).

Les ventes de maisons ont, entre mai et juillet, rebondi de plus de 11% par rapport à un an plus tôt. Sur l’ensemble de 2019, la fédération s’attend à une hausse comprise entre 2% et 5%. Ces chiffres, qui extrapolent une enquête auprès d’environ 300 constructeurs, s’entendent pour le «secteur diffus», qui concerne les maisons vendues hors programme immobilier plus large. Par contraste, les ventes du «secteur groupé» s’inscrivent en baisse ces derniers mois mais ce n’est qu’une petite part du marché des maisons.

Le PTZ prolongé dans les zones détendues?

Les ventes de maisons marquent ainsi un net rebond après une mauvaise année 2018, puis un début 2019 morose, après que le gouvernement a supprimé ou réduit l’ampleur de plusieurs aides à l’acquisition de logements: APL accession, prêt à taux zéro (PTZ)... Dans la lignée de la FFB quelques jours plus tôt, LCA a d’abord expliqué le rebond des derniers mois par les conditions historiquement favorables du crédit immobilier, qui soutiennent la demande.

Toutefois, en plus de douter du maintien à long terme de ces conditions, la fédération cite une autre explication, qui ne laisse pas attendre de rebond durable: un effet d’aubaine avant une nouvelle réduction du prêt à taux zéro (PTZ). Le dispositif devrait être supprimé pour les logements neufs dans les zones détendues (B2 et C) où la demande est plus faible que l’offre l’an prochain. En conséquence, alors que l’avenir de la mesure sera fixé d’ici à quelques jours dans le budget 2020, LCA a demandé au gouvernement de prolonger au moins pour un an le PTZ dans les zones concernées. La fédération rappelle que 60% des bénéficiaires de ce dispositif, «outil indispensable pour l’accession à la propriété des ménages modestes», habitent en zones détendues.

Interrogé sur BFM la semaine dernière sur les difficultés du marché des maisons individuelles, le ministre du Logement a reconnu avoir fait un «choix politique»: celui de dynamiser les centres-villes. «Le chiffre de la construction de maisons en périphérie diminue mais c’est au profit de l’investissement dans les centres villes pour la rénovation et réhabilitation des cœurs de ville», avait déclaré Julien Denormandie sur Twitter.

 

Rejoignez le Réseau MeilleursBiens
100% Commissions - 100% Digital
plus d'informations ? Cliquez ici

Source: Le Figaro

 

Partager