L’immobilier séduit de plus en plus les jeunes !

L’immobilier n’est pas réservé qu’aux quadragénaires en couple avec des enfants et bien installés dans la vie. Les notaires viennent d’en donner la preuve avec deux études dont les résultats viennent d’être dévoilés. La génération des personnes âgées de 25 à 39 ans, qu’on appelle souvent les « millennials », n’hésite pas à investir dans l’immobilier. 71 % des personnes interrogées ont ainsi acheté leur résidence principale entre 25 et 40 ans et l’âge moyen du premier achat immobilier est de 32 ans. Le pic d’acquisition se situe entre 25 et 30 ans avec 41 % des personnes qui achètent dans cette période.

« Lors des ventes, nous recevons de plus en plus de jeunes qui achètent des logements même s’ils savent qu’ils n’y resteront pas toute leur vie. Mais, ils ont envie d’être chez eux et veulent se constituer un patrimoine », constate Rosenn Le Beller, notaire à Lanester (Morbihan).

Dans un contexte de taux d’intérêts historiquement bas, c’est avant tout pour des raisons financières que les jeunes font le choix de devenir propriétaires. Le fait de réaliser un investissement pérenne plutôt que de dépenser son argent dans son loyer est l’élément déclencheur pour les deux tiers des jeunes acheteurs, le sentiment d’indépendance et la volonté d’aménager son logement comme on le souhaite viennent juste après pour un tiers des acheteurs.

Autre enseignement de l’étude : l’image de l’accession à la propriété est très bonne. 87 % des personnes interrogées estiment que ce moment est enthousiasmant même s’il est aussi angoissant pour 57 % des acheteurs. En Ile-de-France, neuf Franciliens sur dix entre 20 et 45 ans ont une très bonne image de la propriété et 67 % des Franciliens de cette tranche d’âge ont d’ailleurs l’intention de réaliser une opération immobilière dans les 5 prochaines années. « Parmi tous les acquéreurs franciliens, la tranche d’âge qui achète le plus est celle âgée de 30 à 34 ans. Au total en 2018, les moins de 40 ans représentent près de la moitié de tous les acheteurs », explique-t-on à la Chambre des notaires de Paris.

Un grand nombre de célibataires

Autre élément surprenant : que ce soit en Ile-de-France ou en région, les acheteurs jeunes ne sont pas nécessairement en couple : 72 % des personnes qui investissent sont célibataires pour un budget médian de 259 100 euros. Cela implique d’avoir des revenus suffisants et 54 % des jeunes acheteurs perçoivent d’ailleurs des revenus supérieurs à 2 300 euros par mois.

Ce sont donc plutôt les cadres et professions intermédiaires qui achètent notamment en Ile-de-France où les prix sont plus élevés. Ainsi, dans cette région, 73 % des acquéreurs sont des cadres et professions intermédiaires contre 19 % d’ouvriers. Et pour trouver des prix moins élevés, 60 % des moins de 25 ans se tournent vers la grande couronne alors que les 25/29 ans préfèrent la petite couronne. Mais quels logements les millennials achètent-ils ? « Ils investissent majoritairement dans l’ancien, moins cher que le neuf », explique Rozenn Le Beller.

Les appartements ont plus de succès que les maisons : les biens achetés sont à 92 % des appartements et sont situés en zone urbaine à 95 %. C’est d’abord la taille du logement qui est le critère de choix principal pour 62 % des acheteurs mais 56 % mettent aussi en avant la sécurité réclamant des grilles, des codes d’accès, des équipements de vidéosurveillance. Dans certaines régions comme le Sud (Provence Alpes Côte d’Azur), la Bretagne et le Centre-Val de Loire, la proximité avec la nature est également importante : 48 % des acheteurs en font leur premier critère de choix lors de l’achat. L’accès à internet est également un élément très regardé par les acheteurs que ce soit pour leurs loisirs, le télétravail ou les solutions domotiques. Enfin, une fois le logement acheté, les millennials le conservent en moyenne 8 ans pour les appartements et 10 ans pour les maisons avant de revendre pour acheter autre chose.

 

 

Source: Le Monde

Partager