Quelle envolée des prix dans les capitales de chaque région?

En 2018, les ventes et les prix se sont emballés dans de nombreuses grandes villes. Panorama du marché en ce début d’année.

Une année record ! Près de 965.000 ventes de logements anciens ont été enregistrées en 2018, en hausse de 0,3% sur un an, d’après la Fédération nationale des agents immobiliers. Des chiffres hors normes qui confirment ceux dévoilés il y a quelques semaines par le réseau Century 21.

Ce niveau de ventes exceptionnel s’explique évidemment par les conditions d’emprunt, non moins exceptionnelles, dont bénéficient depuis deux ans déjà les acheteurs. Invité du “Grand jury de l’immobilier”, Capital - Radio Immo, Philippe Taboret, directeur général du courtier Cafpi, expliquait, il y a encore quelques jours, que les particuliers allaient pouvoir continuer à emprunter à moins de 2% toutes durées confondues sur les six premiers mois de l’année 2019.

Cette envolée des ventes a mécaniquement une incidence sur les prix. Après une hausse moyenne de 4,2% en 2017, les étiquettes des logements anciens ont de nouveau affiché une hausse, de 2,7%, à 2.620 euros le mètre carré. Cette inflation se répercute peu ou prou sur l’ensemble des capitales régionales, comme le montre la carte ci-dessous. A Nantes, les prix ont ainsi flambé de 6,7%, plus qu’à Paris (+5,9%). Et ne parlons pas du marché bordelais, dopé par la nouvelle ligne TGV… où les étiquettes ont valsé de 8,8% en un an !

Dans d’autres villes, en revanche, les augmentations ont été plus mesurées (+ 0,7% à Rouen et Lille). Et seule Ajaccio, en Corse, affiche une baisse des prix en 2018.

Dans ce contexte, que faut-il attendre de 2019 ? “Etant donné encore une fois les niveaux d’activité record, il est possible qu’un plafond ait été atteint et que les ventes et les prix commencent à se replier”, concède Jean-Marc Torrollion, président de la Fnaim.

 

 

Source: hwww.capital.fr/immobilier/immobilier-quelle-envolee-des-prix-dans-les-capitales-de-chaque-region-1324603

Partager