UBS alerte sur le risque de bulle à Paris...

A l'instar de nombreuses autres mégalopoles, il existe un risque de bulle immobilière à Paris, selon UBS

Les prix de l'immobilier à Paris sont-ils devenus déconnectés des fondamentaux ? Le risque de bulle immobilière a augmenté en zone euro, et il est jugé relativement important à Paris, juge la banque suisse UBS. Selon l’étude annuelle consacrée à ce risque par son département de gestion de fortune, un risque de bulle ou une surévaluation significative des marchés immobiliers ont été constatés dans la moitié des villes analysées. " Au niveau mondial, l'incertitude économique fait plus que compenser l'effet de la baisse des taux d'intérêt sur la demande de logements urbains. Dans certaines parties de la zone euro, les taux bas ont encore contribué à pousser les valorisations immobilières en territoire à risque de bulle, " a expliqué Mark Haefele, Chief Investment Officer, UBS Global Wealth Management.

Francfort et Paris rejoignent cette année les marchés où il existe un risque de bulle immobilière. Les autres villes incluent dans cette liste comprennent Munich, Toronto, Hong Kong, Amsterdam et Vancouver. En revanche, Londres, dont les prix reculent depuis leur pic de la mi-2016, n'en fait plus partie cette année, "grâce" notamment à la perspective du Brexit. " L'achat d'un appartement de 60 mètres carrés dépasse le budget des personnes qui gagnent un revenu annuel moyen dans le secteur des services hautement qualifiés dans la plupart des villes du monde ", souligne UBS.

A Paris, une telle acquisition représente environ 15 fois son salaire annuel. Sur cette base, la capitale française est la ville la plus chère en Europe.

Le rapport prix sur loyer à Paris s'élève à 35 contre 27 en 2019. Seules Hong Kong, Munich et Zurich affichent un ratio plus important.

 

Rejoignez le Réseau MeilleursBiens
100% Commissions - 100% Digital
plus d'informations ? Cliquez ici

 

Source: Capital

Partager