Une bulle immobilière se forme sur le pourtour méditerranéen !!!

 

Dans certaines villes provençales comme Cassis, les prix immobiliers atteignent désormais la barre des 10 000 euros du m².

Sur le littoral méditerranéen, les prix immobiliers ont tendance à augmenter et peuvent désormais atteindre des sommets. "Dans les grands secteurs touristiques, le prix médian du m² est souvent supérieur à 3000-4000 euros, dépassant même les 5000 euros, comme à Roquebrune-Cap-Martin ou Bandol", précisent les Notaires de France, dans leur dernière note conjoncturelle.

Certains professionnels du secteur commencent, de ce fait, à vivement s'inquiéter. "Le marché immobilier ne s'est jamais aussi bien porté, et il commence à y avoir un pénurie de biens... Ce phénomène est de plus en plus inquiétant avec la naissance d'une bulle immobilière sur tout le littoral méditerranéen, de la Côte Bleu à Nice", souligne Christophe Celdran, le PDG du réseau Maxihome Clairimmo, qui compte actuellement 18 agences immobilières dans les Bouches-du-Rhône, dont une venant d'ouvrir tout dernièrement du côté de Plan-de-Cuques.

La difficulté à estimer au prix du marché

Une maison de 345 m² habitable, située en front de mer à Carry-le-Rouet, est ainsi en vente depuis deux ans au prix de 2,35 millions d'euros. "Ce montant est surévalué de près de 30%, le m² moyen valant entre 4500 et 5000 euros à Carry, et non 6500 euros comme dans le cas présent... Pour autant, les vendeurs sont prêts à être patients, à attendre six mois, et nous nous attendons à ce que le produit parte au prix de base souhaité. Les prix du marché tendent ainsi à aller vers la démesure", assure Christophe Celdran. Une situation constatée par d'autres professionnels et agents immobiliers, ne souhaitant pas forcément s'exprimer sur le sujet.

Le dirigeant du réseau Maxihome Clairimmo ajoute, de son côté : "La difficulté n'est pas de trouver des acquéreurs actuellement, mais plutôt des vendeurs. L'autre grande complexité est de réussir à estimer au juste prix du marché les biens proposés. Les produits sont en effet rares, et donc très chers... La force d'un réseau comme le nôtre est de pouvoir rapprocher les intérêts des vendeurs et des acquéreurs, et de donner raison gardée à tout le monde !"

Un marché immobilier pouvant se fragiliser

Autre raison de cette situation immobilière : "L'hyper-centre de Marseille n'est pas forcément attractif, avec des arrondissements paupérisés. Tant que le cœur de la métropole n'aura pas lancé une forme de reconquête, les gens iront à la périphérie, occasionnant une surdemande par rapport à l'offre proposée sur le littoral, avec une surinflation des biens par conséquent", ajoute Christophe Celdran.

Un avis partagé par Maître Stéphanie Viguier, notaire à Marseille et conseillère à la Chambre des notaires des Bouches-du-Rhône : "Malgré la redynamisation du centre-ville, on ne peut pas décrire le marché immobilier marseillais sans parler d’un marché disparate et fracturé, avec des écarts de prix conséquents suivant les quartiers. Marseille, c’est 16 arrondissements et 111 quartiers hétéroclites, où tous les arrondissements ne sont pas logés à la même enseigne."

Cette situation présente, bien entendu, certains risques pouvant avoir des incidences importantes. "Tant que les taux d'intérêt sont bas, ça va, même si on pensait avoir atteint un plancher qui continue de baisser. Si jamais ça repart à la hausse, en plus des guerres commerciales et des tensions mondiales, tout cela peut fragiliser le marché voire davantage", prévient Christophe Celdran.

 

Rejoignez le Réseau MeilleursBiens
100% Commissions - 100% Digital
plus d'informations ? Cliquez ici

Source: La Provence

 

Partager